Le naïf Serge Petitdemange

240_F_91750342_BCZJASn9kB9u3Wwx8d9jhNQb1mgPAT7C

Ils sont nombreux les français à se prétendre patriotes. Ils sont nombreux à prétendre vouloir défendre la France et à penser qu’ils sont la solution pour destituer Emmanuel Macron et faire tomber le gouvernement d’Edouard Philippe.

Ces gens-là sont de grands rêveurs mais surtout de grands escrocs de la pensée !

Au cours de ces derniers mois, deux d’entre eux sortent du lot et ont retenu mon attention. Serge Petitdemange, le – très humble de sa personne – président du Mouvement pour le Renouveau d’une République Démocratique et Citoyenne, et Eric Fiorile du – tenez-vous bien – Conseil National de Transition de la France ou CNTF .

Les deux personnages sévissent, bien entendu, sur la toile et prétendent chacun leur tour être en stand-by pour reprendre les rennes de la nation, et rendre ainsi le pouvoir au peuple. Pourtant, leurs coups d’essais sont autant pathétiques qu’inutiles et leurs prestations vidéos sur Youtube sont de véritables tutos de ce qu’il faut produire pour faire fuir les spectateurs – victimes involontaires de ce triste et désastreux spectacle –  souvent arrivés là par pur hasard !

Récent exemple en date d’une action de coup de maître d’Eric Fiorile du CNTF :  Lors des manifestations du 5 mai 2018 à Paris, l’individu prétendait qu’il allait renverser le gouvernement, arrêter Emmanuel Macron – qui accessoirement n’était pas sur le sol métropolitain ce jour-là – et remettre de l’ordre dans ce qu’il appelle une accession au pouvoir illégale par ceux qui nous gouvernent. 

Mandat d’arrêt à la main contre Emmanuel Macron, Edouard Philippe, Gérard Collomb et toute leur clique…, ledit Fiorile s’est promené en marge du cortège de la France insoumise de la manifestation Parisienne du 5 mai 2018, avec sa centaine de badauds, éblouis par son mirage de renversement politique.

Résultats des courses me direz-vous ?
Rien…

Emmanuel Macron court toujours, Edouard Philippe aussi, et Gérard Collomb se porte bien. Circulez, y’a rien à voir !

Le cas de Serge Petitdemange est un cas on ne peut plus intéressant car il en est arrivé à me faire rire. Ce cas est plus proche de la psychiatrie que du militantisme ou du patriotisme.

maxresdefaultEn effet, le Petitdemange est un animal qui bombe le torse sur ses photos de profils, qui se vêt d’un uniforme militaire et opte pour des musiques du même acabit sur ses vidéos. Il pense probablement ainsi influencer d’innombrables foules.

Autres caractéristiques : il porte généralement le regard bien droit sur une tête portée haute, un homme sûr, vaillant, combattant et combatif, un homme de confiance en qui nous devrions tous remettre notre avenir en mains, à n’en pas douter !

Durant des mois cet individu m’a intrigué et, alors que j’avais commencé à le suivre sur les réseaux sociaux pour le deviner, je me suis aperçu qu’il n’était lui aussi que supercherie, qu’il profitait aisément du malaise ambiant pour jouer le sauveur de la France et des Français. Passe-temps d’un retraité probablement quelque peu aigri par une carrière qui ne l’aura pas porté là où il voulait être.

L’idée la plus récente de ce nouveau sauveur de la France est d’inviter les Français à rester chez eux, à ne plus aller travailler, à faire la grève à domicile. S’imaginant ainsi que des millions de citoyens – qui n’ont jamais entendu parler de lui – vont l’écouter et se plier à son appel, et ne pas se rendre au bureau demain matin. De quoi déstabiliser l’Etat au complet… – ou pas –

Ridicule !

Alors que le bon sens de son action devrait être l’acceptation d’expliquer, d’échanger, de débattre pour convaincre, Monsieur Petitdemange ne supporte pas la contradiction et gare à celui qui lui résisterait, ne serait-ce qu’un brin – voire copies d’écran ci-dessous –

Il a opté pour une stratégie simple – voire simplette – dès lors que nous ne sommes pas en accord avec ses idées : il vous bloque – non, il vous « vire » – vous insultant au passage d’un manque profond de patriotisme… sans vous accorder un quelconque droit de réponse.

Face à son absence de volonté à débattre démocratiquement sur cette idée saugrenue que de demander aux Français de faire la grève chez eux – puisqu’il a opté pour la fuite en avant – je ne peux vous décrire la profondeur de son « projet », car par définition, lorsqu’on vire quelqu’un sur Facebook, on ne peut plus échanger avec lui. Et je n’ai pas l’intention d’investir le costume d’un fan envahissant qui ferait tout pour reprendre contact avec sa star préférée.

Alors comment vous dire… je me marre ! C’est triste à dire mais je me marre, de voir ces hommes qui viennent de nulle part, qui n’ont que quelques centaines de personnes qui les suivent sur la toile – dont combien sont sincères – et qui n’ont absolument aucun ressort pour se faire entendre ni aucun avenir face aux défis qui nous attendent. Ceux-là bénéficient tout au plus d’une réputation très locale.

Pourtant, ils y croient dur comme fer, ils s’enferment dans leurs délires !

Je ne remettrais jamais en question le droit de chacun à s’exprimer, à se battre pour la France, d’émettre des idées et encore moins de débattre, car c’est là l’excellence de la démocratie.

Les Français sont usés par les hommes et femmes politiques qu’ils ne supportent plus depuis des décennies et les usurpateurs que sont ces deux hommes sont des leurres qui profitent de la faiblesse des gens diminués par le climat national actuel.

Petitdemange et Fiorile en jouent, et ils font la même promesse que ces soi-disant psychologues qui n’ont aucune formation ni expériences dignes de ce nom, et qui prétendent pouvoir vous guérir de vos maux les plus profonds.

Comme j’ai pu l’exprimer dans un précédent article ici-même, je ne crois vraiment pas à la destitution ou à la démission d’un Chef de l’Etat sous la Vème République en France.

Je ne suis guère Macroniste mais que ces deux hommes fantaisistes l’acceptent ou non, Emmanuel Macron a été élu par le peuple et il faudra attendre mai 2022 pour que les Français se prononcent à nouveau sur cette « affaire ». D’ici là, nul autre choix que de faire avec, sauf si une révolte populaire, extrêmement massive et malheureusement violente venait à s’opérer.

Chers amis lecteurs, la détresse de notre patriotisme et l’urgence que bon nombre d’entre nous ressentent, ne doivent pas nous faire perdre les notions de réalisme et de pragmatisme. Résistez à l’amateurisme des prétendus sauveurs de notre grande nation et montrez-vous plus réfléchis que leurs propositions d’actions dénuées de tout bon sens.

Xantiarius